Comment perdre des emplois et augmenter la pauvreté en Colombie : L'irresponsabilité de Confection Aviltex

Accueil

Éducation

Emploi

Entreprise

Actualité

Création

ICAM

Contact

 

 

 

Thèmes d'actualités

Emploi et éducation

Entreprise et création

Financier et comptabilité

Relation et marketing

 


 

 

 

 

 

Comment perdre des emplois et augmenter la pauvreté en Colombie

9 février 2008. Certaines inactions et manque de responsabilité apportent plus de pauvreté que des catastrophes naturelles et en Colombie, ce genre de pratique commerciale est très courante. Depuis quelque temps, je suis en action et relation afin de créer une entreprise de distribution de t-shirts pour les pays comme le Canada, USA, Europe, pays latins et la côte des Caraïbes en Colombie. Je trouve une étude de marché sur Internet faite par le Mexique qui m’informe qu’en Colombie, les prix et les entreprises de confections sont parmi les plus alléchantes et la qualité la plus élevée que l'Asie, alors je commence mes recherches et j’arrête mon choix sur Confection Aviltex Ltda de Bogota. Je m’en vais alors à Cartagena afin de débuter mes contacts et mes actions.

 

Je me nomme Claude Lasanté et je suis canadien ayant des relations d’affaires magnifiques avec des gens d’un peu partout sur la planète et je viens ici apporter mon expérience personnelle concernant certaines personnes chez le confectionneur Aviltex de Bogota en Colombie afin de montrer combien le manque de responsabilité et d’amabilité des gens de cette entreprise peuvent créer comme problèmes majeurs. Plusieurs autres entreprises sont identiques, mais ici je m’attarde sur Aviltex. Je vous prie de bien suivre mon intervention sans porter de critique, mais d’observer des faits indiscutables.

Les faits :
1- J’envoie des emails afin de discuter avec un responsable de Aviltex et jamais je peux le rejoindre, car c’est toujours des femmes qui répondent et jamais me mettent en communication avec le responsable des ventes. Je téléphone à Bogota (mon espagnol n’est pas très bien) afin de pouvoir parler avec le gérant des ventes qui se nomme Leopoldo Avila, j’obtient la communication, mais je dois téléphoner quatre fois. En discutant avec monsieur Avila, je lui expose mon projet de développement et qu’il est indispensable pour moi d’avoir une communication écrite et responsable avec des faits, car je ne fais pas des affaires avec des paroles, mais des engagements écrit. De plus, je lui explique que le silence est une des situations inacceptable dans une relation lorsque des échéances sont è respecter afin d’éviter de créer des problèmes à tous les niveaux. Tout semble aller pour le mieux et il me donne un email et me dit qu’il va répondre immédiatement si je lui envoie un message.

2- J’envoi un email, mais sans réponse durant deux heures, j’envoie un deuxième email, mais sans réponse durant deux autres heures, finalement j’envoie un troisième email (24 heures plus tard) indiquant que je viens de parler avec le gérant des ventes et qu’il me semble avoir un grave problème de communication par email et alors j’écris que je vais contacter le gérant Avila en personne. J’ai un doute que peut-être c’est la femme qui répond aux emails qui n’est pas responsable et alors elle verra ainsi son erreur en parlant directement avec le gérant. Après 3 tentatives, je reçois une réponse par email du gérant Avila m’indiquant qu’une femme s’occupera de moi (Liliana Clavijo), comme si ce gérant Avila ne peut pas être responsable de ses clients et converser avec eux comme des hommes importants, mais j’ai un doute car tout le monde peut répondre à un email et se faire passer pour le gérant.

3- Je place une commande de 500 t-shirts à Liliana Clavijo afin de valider le processus d’affaires, obtenir le compte de banque, etc. et voir comment ceci va se présenter dans les faits, car faire affaires avec des pays développés, on ne peut pas agir par des paroles ou des explications, uniquement par des actions. Quatre jours passent sans que je reçoive de réponse, rien. J’envoie un deuxième email afin d’avoir une mise à jour, rien de la part de madame Clavijo. Presqu’une semaine plus tard, je téléphone à Aviltex pour parler au gérant Avila, mais la femme au téléphone me dit qu’il n’est pas là et que madame Clavijo également n’est pas là. Je lui dis que c’est important, que je n’ai aucune information et ma commande de 500 t-shirts est la pointe d’un iceberg car les commandes pourront être très grandes, mais j’observe un manque total de responsabilité.

4- La fin de semaine passe et je reçois un email de Liliana Clavijo me disant qu’elle était peinée et qu’elle était partie plusieurs jours. Ainsi, si elle n’est pas présente à son travail, l’entreprise Aviltex ne peut pas fonctionner et ne pas servir un client... j’ai un doute que les mensonges sont très courant en Colombie, ce qui n’apporte pas une grande confiance. Selon son email, elle me dit que demain, elle m’enverra toute l’information que j’ai demandée. Ce « mañana » est maintenant 7 jours plus tard sans nouvelles de madame Clavijo, donc encore des paroles sans actions et des pertes de temps. Alors après plus de 20 jours à perdre mon temps, je décide de ne pas faire affaire avec Aviltex, la raison est évidente : manque de responsabilité, manque de sérieux, manque de professionnalisme, manque de communication, manque de jugement, manque de service à la clientèle, manque de responsabilité sociale.

Les conséquences :
- Une commande ferme de 20,000 et 40,000 t-shirts par mois et plus pour l’année, donc un chiffre d’affaires à Aviltex de 1,104,000 $ de dollars US par an, ce qui représente une perte en taxes en Colombie de 176,000 $ us (IVA = 16 %). Sans compter les impôts.
- Un potentiel de 50 emplois perdus à Bogota directement et indirectement.
- Un potentiel de plus de 50 petites entreprises en marketing sur la cote des Caraïbes en Colombie.
- Un perte en marketing touristique
- Perte de revenu pour une entreprise de transport de Colombie
- Perte de revenu pour des fournisseurs en Colombie (coton, fils, machine, etc.)
- Une perte importante en frais d’exportation pour le gouvernement
- Une crédibilité de plus en plus néfaste des entreprises colombiennes à faire affaires avec les pays développés.
- Une plus grande pauvreté en Colombie. Merci madame Clavijo et surtout monsieur Avila


La solution :
Rendre visible toute expérience similaire afin de détecter les erreurs commises par du personnel irresponsable qui sont souvent des employés de bureau incompétents. Mes sites web sont visités par plus de 7 millions de personnes par mois, alors je vais informer la communauté mondiale en 5 langues afin de partager des faits avec eux et ainsi éviter de perdre notre temps, notre argent et notre joie avec des gens totalement irresponsable et irrespectueux. De plus, certaines organisations politiques, sociales et commerciales doivent être avisées pour protéger les intérêts de tous.

Prise de conscience
:
Quelle est la responsabilité de la chambre de commerce de Bogota ? Est-elle comme les gens qui travaille chez Aviltex ? Et le gouvernement colombien dans tout ça ? Voit-il le manque à gagner en impôts et taxes perdus ? Encourage-t-elle la pauvreté ? Tout ceci se passe régulièrement en Colombie à chaque jour et alors il est facile de voir des conséquences importantes dans les relations internes et externes de la Colombie. Non, il n’y a pas que la FARC ici avec leur petit effectif de 18,000 personnes. Il y a des millions de personnes instruites qui créent bien plus de problèmes qu’eux. Il est plus évident de voir les gens éduqués qui manquent de volonté de changer ou d’améliorer les choses, car en fait ces mêmes gens ont un intérêt personnel que les choses demeurent ainsi… et conserver leur contrôle et leur pouvoir sur les plus démunis.

Il n’y a rien à faire sauf de mettre l’importance sur le véritable problème de la Colombie : soit un manque flagrant d’amabilité et de responsabilité dans leurs relations internes qui va ensuite plus loin vers les relations externes. Des entreprises comme Aviltex sont remplies de gens éduqués qui n’apportent rien de valable dans les relations et perdre leur temps à faire des choses sans importances… qui a-t-il de plus important pour une entreprise que de satisfaire un client ? D’où provient le chiffre d’affaires d’une entreprise ? À moins que l’entreprise possède d’autre activité inconnue du gouvernement ou de sa mission écrite ?